Maq et l’esprit de la forêt, Le chemin rouge, 360 degrés, Si le temps le permet

Bibliothèque Laure-Conan, 395 Rue Saint Étienne La Malbaie, Québec  
16 Nov 2017 | 18 h 30

Maq et l’esprit de la forêt (2006 | 8 min), par Phyllis Grant

Maq et l’Esprit de la forêt est un court métrage d’animation racontant l’histoire d’un jeune Micmac qui se fait apprendre les secrets de la vie par de discrets mentors. En traversant la forêt pour aller chez son grand-père et lui montrer un morceau de pierre qu’un Ancien lui a montré à sculpter, il croise un curieux voyageur nommé Mi’gmwesu. Celui-ci lui fait découvrir sa culture à travers les chansons, les contes et les plantes médicinales…

Le chemin rouge (2015 | 15 min), par Thérèse Ottawa

Ce court métrage documentaire nous amène au coeur d’un véritable pow-wow traditionnel. En suivant le parcours de Tony Chachai, jeune Autochtone en quête d’identité, la cinéaste originaire de Manawan se penche sur la culture, le passé et la transmission du savoir et des connaissances au sein des membres d’une communauté atikamekw. Mu par le désir de renouer avec sa famille et ses racines, Tony Chachai livre un témoignage touchant sur le chemin qui l’a ramené auprès des siens. À l’aube de devenir père, il prend conscience de la richesse de cet héritage et célèbre ce passé en dansant dans un pow-wow aux côtés de son cousin Ronny Chachai.

Ce film a été réalisé par Thérèse Ottawa, cinéaste à l’occasion du concours Tremplin NIKANIK, destiné aux cinéastes francophones des Premières Nations du Québec.

360 degrés (2008 | 18 min), par Caroline Monnet

Sébastien Aubin vit dans un loft à Winnipeg et occupe un emploi de graphiste. C’est aussi un Cri francophone de la nation d’Opaskwayak, au Manitoba. Parallèlement à sa vie professionnelle, il poursuit une quête spirituelle et identitaire. Son désir de transcender le concret l’a amené à apprendre la médecine traditionnelle autochtone.

Mark Thompson est guérisseur. Il a choisi de transmettre ses connaissances à Sébastien. Dans cette transmission du savoir d’une génération à l’autre, on sent le poids du temps qui s’est accéléré, phénomène incarné par Sébastien, qui appartient à la fois à la modernité et à la tradition. Ce parcours de 360 degrés, des valeurs du passé à celles d’aujourd’hui, prend tout son sens dans un contexte de crise environnementale.

Ce film a été produit dans le cadre du concours Tremplin, en collaboration avec Radio-Canada.

Si le temps le permet (2003 | 27 min), par Elisapie Isaac

Documentaire personnel de l’artiste Élisapie Isaac. En pleine immensité boréale, au bord de la mer Arctique, un village : Kangirsujuaq, au Nunavik. Ici, traditions et modernité se croisent quotidiennement. Les rires des enfants habitent joyeusement les rues, les jeunes carburent à la culture « du Sud », alors que les vieux tentent encore de se faire à leur étrange sédentarité. Dans cette toundra à couper le souffle, la jeune cinéaste originaire de Salluit, maintenant installée à Montréal, décide de plonger au cœur de ses origines.

Ce film fait partie du projet Unikkausivut.

Plus d’information ici.

Chargement de la carte…